AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
besoin d'amour ? viens voir vito !

Partagez | 
 

 medicine (so)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage


MessageSujet: medicine (so)   Mer 25 Fév - 17:34

Terrain ennemi, bullshit. Personne le dira, ils ont les poumons trop pleins de nicotine, ça les rassure va, ils font pas attention au lit dans lequel dorment les autres. Puis le soir a laissé les bâtisses se couvrir du luxe d’un soleil qui douille à moitié, les petits gueulent plus dans les couloirs ça y est. Le calme de la vie en communauté qu’ils disent. Ils sont mignons avec le proprio et après, c’est pas pour autant que c’est joli partout, mais on fait avec ce qu’on a. Noam bute contre un dos, là l’échine d’un ange plutôt qu’un diable, ça lui tient chaud une minute, la petite bouge plus. Pourquoi est-elle donc pas chez elle, tiens. Agréable ce dos, agréables les secondes sans se demander quoi faire, elle se demande si se retourner est judicieux. Au fond l’hibernation c’est pas si mal mais faudrait qu’elle se calme avec les conneries du genre. Une adulte et puis quoi encore ? Bientôt on va lui demander de se trouver un truc à fiche la journée pour ramener à bouffer et savoir réchauffer des raviolis à la casserole. Elle a horreur des raviolis mais son dos est chaud à Soen au moins. Soen ? Soen elle l’analyse jamais, elle pense qu’elle a fait que le regarder, Noam. Le regarder parce que son visage était difficile à enregistrer sous son œil curieux, anxieux, animal, amical. Parfois elle se dit qu’il est beau mais aujourd’hui elle dit simplement son nom et se retournant, Noam fait se promener ses doigts contre l’épaule de Soen, il est plein de marques, maintenant qu’elle observe en silence.

_________________
    our little scars
    descends, descends s'il te plait △ si les héros ont des capes c'est pas pour frimer, c'est pour se rassurer, se dire qu'avec un peu de chance, ils arriveront à voler. mais lui c'était pas un héros, c'était un garçon, un gentil garçon. et elle l'aimait. même sans sa cape, elle l'aimait, avec ses marques, elle l'aime et même sans voix, elle l'aimerait.
Revenir en haut Aller en bas


MessageSujet: Re: medicine (so)   Jeu 26 Fév - 19:57

t'as l'esprit embrumé Soen, même quand tu dors. peut-être que t'as pas expiré la fumée de ton joint. du coup, tu nages dans le brouillard. c'est blanc, c'est gris, c'est noir en même temps. mais c'est pas froid. ça devrait, mais ça l'est pas. t'as chaud toi. y a Noam à côté. c'est pour ça. elle te garde au chaud. un peu plus quand son dos heurte le tien. choc bref. qui fait vibrer ta colonne, dissipe les derniers embruns de fumée. t'inspires profondément. fais le vide. t'abandonnes en essayant de te rappeler des détails de la soirée. y a plus que Noam qui compte. un murmure qui fait pas partie du monde des rêves. tu refermes les yeux, en voyant la pénombre autour de toi. t'as l'impression de pas être redescendu totalement. tu te rends compte que le murmure c'est celui de No. Noam, qui froisse un peu les draps en se tournant. Noam qui frôle de ses doigts une cicatrice ancienne, sur ton épaule. vestige du passé. No ? c'est comme un murmure dans l'ombre. ta voix se faufile, douce pour pas l’agresser, juste à moitié réveillée. tu te retournes pas, pour pas la déloger. tu fais quoi No ? son contact, c'est pas désagréable, tu sens presque rien, juste la chaleur de ses doigts.

_________________

You are not a diamond,
You are not a shining star
Doesn't mean that you're not perfect
Exactly as you are

Revenir en haut Aller en bas


MessageSujet: Re: medicine (so)   Jeu 26 Fév - 22:37

Ce serait le chemin vers Soen, quoique Noam ne cherche rien sinon l’espace diminuant entre lui et elle. Les stores fermés finissent par convaincre de l’intimité, puis le mal est déjà fait depuis longtemps. Et ses paupières, à raison de couvrir ses yeux s’entrechoquent une fois au bord de ses cils, y a le silence qui les submerge tous les deux. Elle suffoque pas, ni rien, elle a l’habitude de, mais c’est calme et quoi d’autre ? Il se tient immobile, encore, elle ne s’appuie nulle-part, ils restent statiques, de peu les rattraperait le risque que l’ensemble s’effondre. Il semble qu’ils soient à terre, pas capables de tomber plus bas, allongés sur l’infâme vérité qu’est leur vie. Ce qui va vite, ce qui va moins vite, ce qui ne les rattrape pas, qu’ils s’autorisent à quitter d’une étreinte passée. Elle aime ça, elle aime la simple syllabe qui soulève leur air intoxiqué, imperceptible après une journée si longue où elle l’a trouvé, une fois de plus pour ne pas penser à l’enclume au dessus de sa tête, ce qui éclatera à son visage, Noam s’enfonce un peu plus dans l’éphémère sans paroles, Soen l’offre dans un souffle. j’ai plus envie de dormir, So. La délicatesse est irrationnelle, elle a jamais été maître mot dans cette vie, où que ce soit, sauf quand ça se touche à des moments pareils, qu’on l’atteint à quelques centimètres près. Puis on se tente à la retenir. t’es beau. Frôler les murs et les regarder s’éteindre dans la ruine de ceux qui les franchissent pas ? Noam se remet à la place initiale, pour s’imaginer que rien ne passe et ne passera jamais. Elle qu'est contaminée jusqu'au bout.

_________________
    our little scars
    descends, descends s'il te plait △ si les héros ont des capes c'est pas pour frimer, c'est pour se rassurer, se dire qu'avec un peu de chance, ils arriveront à voler. mais lui c'était pas un héros, c'était un garçon, un gentil garçon. et elle l'aimait. même sans sa cape, elle l'aimait, avec ses marques, elle l'aime et même sans voix, elle l'aimerait.
Revenir en haut Aller en bas


MessageSujet: Re: medicine (so)   Ven 27 Fév - 23:26

les draps se froissent de nouveau. trop tard. tu l'as loupé. comme un train, t'as couru après. mais pas assez vite. trop lent soen. encore et toujours. tu regardes son dos. tu peux deviner sa colonne dans le noir. encore plus si tu passes un doigts. mais tu bouges à peine. dors pas. rêves. c'est mieux. tes doigts qui parcourent son enveloppe charnelle beige, glissent sur son épaule avec la délicatesse nécessaire. rêve = échappatoire. c'est comme trouver une échelle dans un labyrinthe, ça te sauve la vie. trouver un soupçon d'air pur dans un feu de foret. une fleur colorée dans le désert. c'est le subconscient qui prend vie. la vie qui se remplit autour de toi. tu le sais. c'est ce que tu vis chaque jour depuis un bout de temps. t'as sursauté en l'entendant. beau ? beau ? c'est rare. trop rare pour être vraie. les ombres sont trompeuses. c'est pour ça que tu te permets pas de lui dire, qu'elle est jolie. elle aussi. elle pourrait croire que c'est juste dans le noir. que les ombres arrangent tout. que tu mens. fébriles, tu passes un bras autour de sa taille. par dessus les draps. faut pas la brusquer noam. faut pas accélérer trop vite. elle arriverait pas à suivre. faut aller à sa vitesse. l’entraîner dans la course. tu sais même pas si t'avais le droit de faire ça. tu poses ta tête près de sa nuque. t'expires sans le vouloir, le reste de fumée emprisonnée. faut bien qu'elle se libère, la brume. parles moi. t'es proche. c'est bien. t'as pas à élever la voix. un murmure suffit. un cri. l’écho se ferait trop assourdissant. vous replongeant dans un état de transe. un murmure c'est bien. c'est discret. intime.

_________________

You are not a diamond,
You are not a shining star
Doesn't mean that you're not perfect
Exactly as you are

Revenir en haut Aller en bas


MessageSujet: Re: medicine (so)   Sam 28 Fév - 1:34

Les abysses inventées sont dégueulasses, elles finissent par exister, se dresser sur la peau, se relever agiles petits soldats de plomb, Soen respire. Des fois elle se risque à penser qu’il s’évapore, qu’il échappe à la frontière entre ici et là-bas. Là-bas c’est la porte grande ouverte à ce qui tombe, ce qui va de travers dans le système, le mécanisme instoppable, indéniable qui marche en deux-deux, qui vous absorbe. Eux ils sont au dehors, ailleurs, Noam se tait et progresse dans le déni le plus absurde, les paroles lasses qui se faufilent, qui s’essaient à la normalité. Sa beauté, sa beauté est autre, elle est lacérée, dépecée, arrachée, à sa tendresse, pas ce que Noam voit, ce qu’elle retient. Des fois où il la taquine de sa main agitée, les parcours sont animés par le manque, elle a besoin de se faire moins imposante, elle ne sait pas. Elle frisonne au moindre élan. Où le réconfort est-il passé ? Finir dans le lit de quelqu’un est déjà un exploit, en soi, finir dans le sien ne se justifierait que sur le tard et, au mieux, Noam se défilerait. En proie à la douceur, à la nature de l’homme. L’homme est une brute, l’homme est réglé à la minute, il fuit, il est instable, il est un dommage collatéral. On dit pas assez ce qu’elle est, n’est-ce-pas ? Personne s’y attarde car personne veut voir la partie pile, la partie moins anodine. Le spasme provoqué par les éclats de justesse et l’impression de se faire rattraper dans la chute par le plus saoul, le moins oisif, Soen. L’appartenance est égoïste. Pourtant elle s’y enveloppe, Dahl, elle est faible. Non elle est pâle et faible. Puis il voudrait l’entendre. C’est vrai, ce n’est pas capricieux, c’est humain. qu’est-ce-que te disent les ombres, mon Soen ? Foutaises, foutaises l’ombre sait pas mentir elle fait qu’imiter, elle tente d’imiter, c’est tout. Soen, putain il comprendrait pas jusqu’où ça va parce qu’elle serait plus Noam, elle l’aimerait un peu plus, mais soudain, ça s’étend comme une tumeur sur le toit de leur grand espoir et la pluie se met à battre sur le pan de l’immeuble. Les fenêtres grimacent sous le torrent allant et venant, on lui brise son silence. Noam, pleure pas, Noam. A la place elle agrippe les doigts du garçon, parce qu’il redevient tel quel, celui dont elle s’efforce de pas trop se souvenir. regarde-moi, retourne-toi, il faut que je te le dise. Il est devenu si frêle. Lui parle pas comme aux vieux frères, c’est affectif, ça y est, arrête la machine, pause. Il ne fera plus froid. Mais c'est à ton tour de te retourner. So, faut que tu saches. J'ai peur du tonnerre qui s'amuse dehors, mais j'ai pas peur, de toi.

_________________
    our little scars
    descends, descends s'il te plait △ si les héros ont des capes c'est pas pour frimer, c'est pour se rassurer, se dire qu'avec un peu de chance, ils arriveront à voler. mais lui c'était pas un héros, c'était un garçon, un gentil garçon. et elle l'aimait. même sans sa cape, elle l'aimait, avec ses marques, elle l'aime et même sans voix, elle l'aimerait.
Revenir en haut Aller en bas


MessageSujet: Re: medicine (so)   Lun 2 Mar - 22:10

tu sens ton cœur se remplir de nouveau, à son contact, à cette proximité. vide laissé par la fumée toxique. Noam, c'est une bouffée d'air frais. une que t'aimerais respirer tous les jours. sensation que t'aimerais retrouver à chaque coin de rue. celui qui te détruirais pas, mais te laisserais rêver. t'es capable de ça No ? dis moi que t'en es capable. tu sursautes un peu, quand elle s'agrippe à tes doigts. sensibilité du soir. que tu caches. tu respires difficilement. dur répondre. de dire la vérité. trouble invisible, qui te paralyse. que je suis beau à tes yeux, seulement parce qu'elles cachent les défauts. et elles ont raison. elles sont jalouses aussi. elles arrivent pas à cacher les tiens. t'en as pas. tu l'affirmes dans un silence. tu la gardes, blottis contre toi. sers fort sa main. la gardes réveillée, dans le réel. c'est réel No. j'ai vraiment dit ça. elle serait capable de croire, que tu mens, qu'elle a rêvé et que la fumette a encore une emprise sur toi. connerie, t'es clean. pire que ça. t'as l'impression de l'être trop. c'est trop en ordre. trop droit. trop stricte. t'as l'impression que ça martèle dans ta tête. que ça t'ordonnes d'attraper le sachet éclaté à côté de ton lit, celui d'ecsta. mais tu sais que c'est pas la bonne solution. en l'entendant, ses paroles te remettent sur le chemin. tu sais pas si il est droit lui. mais au moins, il mène à elle. après sa voix, c'est le déluge qui se déchaîne, sur vous. tapant sur les vitres, vous criant de le laisser entrer. mais tu l'entends pas, t'es plongé dans ses yeux. et t'es pas multitâche. tu finiras par l'apprivoiser, le tonnerre. caresse maladroite sur sa main, un jour t'apprendras à être réconfortant. un jour, t'arriveras à le faire correctement. tes bras se referment autour d'elle. soit courageuse No. je peux pas l'être pour deux. tu t'excuses du regard. incapable de faire autre chose, que de la tenir dans tes bras. dernier rempart.


_________________

You are not a diamond,
You are not a shining star
Doesn't mean that you're not perfect
Exactly as you are

Revenir en haut Aller en bas


MessageSujet: Re: medicine (so)   Lun 2 Mar - 23:42

Soen est un leurre, Soen est un soleil couvert par ce qui veut pas se dégager du ciel, Soen provoque les dieux et Soen finit par se cacher, là, avec toi. Soen est pas tragique, non il est grand, il est immense. C'est bien là tout le problème, pas vrai, Noam ? Les nuages suffisent pas et les pluies butant contre le macadam non plus, pas vrai ? Ceux qui pleurent couvrent pas tout, c'est pas magique, c'est pas un film, c'est pas solidaire, non, c'est volcanique. Hors de question d'admettre le contrôle qui se fait pas, dépasser l'entente, se faire au brouhaha commun. Elle a rien dit, après ça, elle entend les efforts qu'il fait et le ton qu'il prend; et sa voix caresse sa nuque, elle continue de se taire, elle continue de sentir l'odeur assimilée à son corps, à ses membres, à ses vêtements et à ses lèvres, elle devrait pas, non elle devrait pas. La pression de son index contre son auriculaire, le son de ses rêves débité mot sur mot, le suave accent qui d'habitude se couvre du substantif mélange alcool, poudre, incendie intérieur. Y a plus rien. Y a que lui, que Soen. Que la nuit pour les voler, leur voler leurs cœurs, les remettre à l'envers, les faire carburer à cette putain d'adrénaline, les convaincre, les étreindre, les entretenir dans leur affection commune. Puis il s'est pas arrêté, il a poursuivi quand l'orage à éclaté, il pouvait pas, il pouvait pas s'en empêcher. So je veux que t'ailles loin de moi, peu importe où, là où t'es vraiment bien. là où t'auras jamais peur d'imploser, de plus tenir en place. A rester dans ses bras y a pourtant le cruel sentiment de sécurité. Y a vraiment ce qu'il faut. Il faut juste que ça s'arrête, maintenant, faut qu'elle le laisse tomber, alors elle se fait violence, pour pas finir les mains sur son visage, elle disparaît dans cette embrassade, deux battements imperceptibles par lui, indescriptibles pour elle, les grands espoirs, le parfait endroit où on ferait tout sauf lutter. C'est pas que t'es beau, So, c'est que t'es grand. et j'aime quand tu trembles pas, tes yeux, clairs et agités, tes mains, ton air soucieux et animé. J'aime tout ça.

_________________
    our little scars
    descends, descends s'il te plait △ si les héros ont des capes c'est pas pour frimer, c'est pour se rassurer, se dire qu'avec un peu de chance, ils arriveront à voler. mais lui c'était pas un héros, c'était un garçon, un gentil garçon. et elle l'aimait. même sans sa cape, elle l'aimait, avec ses marques, elle l'aime et même sans voix, elle l'aimerait.
Revenir en haut Aller en bas


MessageSujet: Re: medicine (so)   Mer 4 Mar - 17:53

il y a sa voix qui résonne dans ta tête. entrecoupé de flashs de lumière, de grondement têtue. la nature qui se déchaîne. reprend le dessus, sur tout le monde, sur le monde. tout le monde le disait, qu'un jour la nature retrouverait ses droits. personne n'y croyait. toi, tu sais pas. tu sais juste que l’Armageddon est pas encore arrivé. mais tu supplies quand même. tu demandes à profiter encore un peu, des bras de la brune, de son souffle dans ton cou. encore un peu. s'il vous plait. tes sourcils se froncent. mouvement du cœur saccadé. mécontentement apparent. elle a pas le droit de faire ça. de te dire de l'abandonner. de la laisser dans les draps, avec pour seule défense contre le danger du ciel, les draps. et si, je suis bien, là près de toi ? on fait comment ? parce que c'est l'endroit où je me sentirais le mieux, à tes côtés. n'en doute pas. la douceur se montre pas trop, pas assez tu trouves. faut dire que tu veux rester là toi. tu fermes les yeux, sa bouche s'ouvre pour laisser glisser les mots avec tendresse. tu secoues la tête, poses tes mains sur ses joues. alors me demande pas de partir. et de te laisser sous ses grondements. je le ferais pas. je t'abandonnerai pas No. caresses désordonnées sur sa joue du bout du doigts. et puis, tu le vois qu'elle se retient, elle aussi. ça te met du baume au cœur. un peu.pas la peine d'insister. mais échappe toi, si je te mets mal à l'aise. je t'en voudrais pas No, promis. tu te recules un peu. à peine. mais c'est déjà trop. tu te forces à lui laisser l'espace nécessaire. mais le vide, entre vous deux, t'aimerais le combler de nouveau.

_________________

You are not a diamond,
You are not a shining star
Doesn't mean that you're not perfect
Exactly as you are

Revenir en haut Aller en bas


MessageSujet: Re: medicine (so)   Mer 4 Mar - 21:03

Têtu, quand il vole ses grands discours, sa tentative, Noam, ses ovales clairs obliquent, finissent par ne plus voir que sa bouche, s'agiter, perpétrer son interdit. Elle l'interromprait, si elle le voulait, elle n'hésiterait pas, elle ne se rebuterait pas, ne se risquerait pas à l'en faire trop dire. Ses chansons sages, ses fins de vers, illicites, la pupille dilatée pour discerner leurs visages respectifs, il s'arrête plus. Noam non plus. D'inspirer, se convaincre de plus savoir respirer, s'essayer à montrer que ça finira par clocher, partout. Pour tout, comme tout le monde. Ta brune sera pas parfaite, So. Elle a les failles, indéniables, si tu regardais un peu, So. La déception viendra et l'oxygène s'obstinera moins dans leurs poumons, les fenêtres s'ouvriront plus, terrorisées par le vent, les poitrines se serreront, les poignets se tordent au bout d'un moment. La première fois, qu'elle le veut, sans doute pas la dernière, à abdiquer, son visage encombré, Noam embrasse son arcade bestiale devenue gamine et vulnérable, son pouce, occupé à retenir son attention. Embrasser les doigts de Soen, exercice lacunaire. te tracasse pas pour moi, ange. Quitte à perdre la partie, autant y mettre le tapis. Il s'est éloigné, elle l'a rattrapé pour le couvrir de baisers au bout de ses grandes mains de garçon, il devient difficile de faire avec les éclats vifs qui la font perdre ses moyens. Noam approche, l'affrontant, d'un côté du visage, avec délicatesse. tu es ce qui fonctionne le mieux, dans ma vie, ce soir, probablement les autres jours, aussi... et si chez moi, c'était une personne, So, alors ce serait toi. parce que, égoïstement, je te préférerai à ce foutu orage... ahahah, non qu'est-ce-que j'dis. Mais je sais plus, ce que t'attends de moi, Soen. Je sais, c'est pute, de te balancer ça. Je sais. Ou bien c'est la trouille, la simple trouille à la con !

_________________
    our little scars
    descends, descends s'il te plait △ si les héros ont des capes c'est pas pour frimer, c'est pour se rassurer, se dire qu'avec un peu de chance, ils arriveront à voler. mais lui c'était pas un héros, c'était un garçon, un gentil garçon. et elle l'aimait. même sans sa cape, elle l'aimait, avec ses marques, elle l'aime et même sans voix, elle l'aimerait.
Revenir en haut Aller en bas


MessageSujet: Re: medicine (so)   Jeu 5 Mar - 20:17

ta peau quitte ses joues. elles étaient douces. confortables.  tu fais abstraction des grondements. du tonnerre. des éclairs. t'as l'impression, que le ciel, il a décidé de vous épargner. de vous laisser tranquille, le temps d'un instant. je peux pas m'en empêcher. tu sais pas quoi faire de tes mains, jusqu’à ce qu'elle ce que les frôlement de ses lèvres sur ta peau résonne dans le silence. tu la regardes, interdit. tu supportes un instant ces caresses, celles qui te font mal au cœur, parce que tu veux bien plus. j'attends rien de toi No. je veux te forcer à rien. c'est pour ça que .. que je veux pas que ça foire, nous deux. mais j'veux .. j'ai envie de .. d'quelque chose qui peut tout changer. et je veux pas te voir partir. j'peux le supporter, de plus t'avoir à mes côtés, j'peux. mais j'ai pas envie de faire cet effort. tu respires mal So. l'air s'affaiblit. il te met en garde. parce que t'es entrain de faire une connerie Soen. t'es entrain de jouer avec le feu. même si une brûlure ne t'as jamais fait mal. mais t'as peur de la brûlure, maintenant que tu sais qu'elle peut s'en aller, pendant que t'es entrain de douiller. parce que t'es entrain de craquer là. tu fantasmes. un fantasme interdit. attraper ses lèvres, la faire chavirer sous tes rêves. rêves qui vont échouer. se détruire sur les rochers. tu le sais. tu le sens. que ça va foirer. que la bulle va exploser. que la réalité va reprendre le pouvoir. parce que faut l'avouer, t'es en plein rêve. j'ai pas envie de perdre ta confiance.


_________________

You are not a diamond,
You are not a shining star
Doesn't mean that you're not perfect
Exactly as you are

Revenir en haut Aller en bas


MessageSujet: Re: medicine (so)   Jeu 5 Mar - 22:27

Les enfants sont doués pour faire des bêtises, ils ont cette énergie, à demi expédiée dans la boue, la terre sous les chaussures et les gouttes martelant le front, après une journée passée à se les cailler dehors. Les enfants de la résidence, oui, sont tous très talentueux, rien que par leur imagination pour agacer le proprio. Y en a qui disent qu'on les entend rire, à travers les murs. Noam a que le tonnerre dans la tête, oui, la terreur d'avant. La terreur de plein de gosses, pour sûr, à se maintenir, se retenir, de pas sursauter à chaque éclair, chaque branche, qui tape contre le volet. Mais elle est occupée, tellement occupée, à le regarder, le dévisager, incapable de détourner son regard, loin d'être las cet enfoiré. Depuis quand est-il si intenable, depuis quand a-t-elle du mal à énumérer les détails, à discerner les petites entailles, à le voir, le voir. Soen. Putain, elle a quand même eu ses heures et ses retours, ses mots teintés d'encre, paniques passagères, et ses balbutiées paroles, ses ravalés mensonges, comme tous les humains. Soen est de ces rares, qui en savent trop.

Et on vous dit quand vous êtes gosses, de vous calmer, de vous tasser, de vous rendre autonomes, de faire des choix, tellement de choix. Quel est le mal, franchement, quel est le mal. Soen ? Hein ? Elle a pas le droit, de penser à partir, elle s'imagine. Attraper ses affaires, se lever et s'extirper de là, retrouver le vide, retrouver la lenteur qu'ils se promettent, lui et elle. Cette lenteur qui disparaît à mesure qu'ils s'en demandent plus. Noam lui avait promis, par le passé, de lui laisser ses secrets, de lui laisser son sourcil agacé, quand il revient d'un deal acide, de l'attendre, la patience, habituelle, tandis qu'il se libère d'un ou deux désirs, pour revenir à elle, parfois gâché. Parfois complètement foutu, le corps baigné d'alcools, les yeux peignés d'un sillon fourbe et accro, impatient. Mais jamais, jamais elle n'était partie.
Alors qu'elle secoue la tête, Noam reprend sa distance, Noam la lui refuse, retrouve ses yeux, qui croisent les siens. Soen si près, elle s'assure pouvoir le toucher en passant distraite une main tiède sur sa nuque. C'est que je vais pas le supporter, moi. Je dis tous ces trucs, là à essayer de te convaincre. Mais. Dépêche-toi, pour une fois, prends-moi de court, change tout. C'est fou, cette proximité et cette infernale sensation qu'à tout moment, le corps se refuserait à répondre, histoire d'appartenir aux bras de l'autre. Il avait qu'a pas lui dire de rêver.

_________________
    our little scars
    descends, descends s'il te plait △ si les héros ont des capes c'est pas pour frimer, c'est pour se rassurer, se dire qu'avec un peu de chance, ils arriveront à voler. mais lui c'était pas un héros, c'était un garçon, un gentil garçon. et elle l'aimait. même sans sa cape, elle l'aimait, avec ses marques, elle l'aime et même sans voix, elle l'aimerait.
Revenir en haut Aller en bas


MessageSujet: Re: medicine (so)   Ven 6 Mar - 23:02

la torture continue, un peu plus en sentant sa main dans ta nuque. qui te fait baisser un peu plus le visage vers elle. pupille dilatée, dans laquelle les éclairs s'y reflètent avec joie. t'es content de plus avoir le son. pour une fois. t'es heureux de n'avoir que sa respiration pour accompagner la tienne. seule source de distraction. changer tout ? vraiment ? t'as le droit ? de faire pencher la balance ? de rompre l’équilibre, pour en chercher un nouveau, vraiment ? j'espère que t'es sûre de toi. toi oui. autant que quand tu choisis d'avaler un cachet d'ecsta. de te perdre dans le monde, dans les rues, les pupilles dilatées au maximum, seulement pour ressentir les étoiles dans ton cœur et les nuages dans ta tête. ça commence à t'irriter les nerfs, le cou, la peau, les lèvres, l'organe rouge, le corps tout entier. t'es près, mais trop loin. c'est pas quelques centimètres qui vous séparent. c'est la terre entière. la nature qui retrouve ses droits. finalement elle l'aime pas, votre union. elle vous le fait comprendre, en battant les fenêtres, les souillant de ses larmes. mais t'as pas envie de te laisser faire. les défis ont toujours été stimulant. encore plus quand tu défies l'univers. et en croisant ses yeux, t'as peur. t'as peur de tout ce que tu pourrais faire pour elle. tes doigts se faufilent au creux de ses reins, doucement, la resserre un peu plus contre toi. elle sera toujours trop loin. à ton goût. vos mondes se rencontrent. pour la première fois. tu prends possession de ses lèvres, avec un empressement retenu. pourtant tu profites, la première mais peut-être aussi la dernière, que  tu la découvres ainsi. autrement, sous ses lèvres douces. et elle te plaît de plus en plus Noam. dans sa manière de faire. dans sa manière de te raconter son histoire, à travers ce baiser. tu soupires contre ses lèvres. un soupire de contentement qui t'échappes. ôh Noam.

_________________

You are not a diamond,
You are not a shining star
Doesn't mean that you're not perfect
Exactly as you are

Revenir en haut Aller en bas


MessageSujet: Re: medicine (so)   Sam 7 Mar - 1:30

Allez, change tout. Tu sas, les chansons infernales, reprends au début, reprends, c'est rien. C'est rien, elle se répète, Noam, levant, abaissant, ses ovales embêtées par son pouls soulevé, sa poitrine empêtrée, comme partageant son impatience, son affolée appréhension monstre, chronique et interrompue par ce ciel qui ne voit plus rien, sinon eux. Eux, monte à sa figure, elle est si faible, si faible, ça continue de prendre des grades, se soulage pas, non ça sait plus, ça a jamais su. Quand il a besoin d'attraper son air, à elle, le sien; et elle lui fait tellement confiance. Pourquoi ? Pourquoi fermer les volets ? A-t-on au fond déjà repoussé l'idée de Soen; Soen et Noam, réaction  chimique indéterminée, pas vrai ? Jusque là, fondé, théorisé, parfaitement. Catégoriquement. Soudain y a son faciès, implorant le sien.

Y a ses envies, ses puériles, ses insatisfaites, ses refoulées, se donnant, rien qu'à elle. Noam se demande, s'il est pas fou, ou si c'est pas elle, au fond. C'est elle, et elle est sûre. Ouais, elle est sûre.
Soen, Soen j'suis sûre, de ce que je veux. Une époumonée, pour un baiser, elle attrape ses mains, qu'il doit pas détacher, non, surtout pas, de leurs visages, ou seulement le sien; si elle savait. Je veux que tu restes. Je veux que tu restes. S'il te plait, reste.
Pas de je t'aime, pas de "tu m’émerveilles", pas de soleil, sous les fenêtres, mais des averses, répétitives, répétitives comme les mots fourbes et amusés de répit qui s'empêchent plus de passer, là haut, affluent au nouveau rythme. Dans la résidence, il y a les enfants, et les plus grands, les dans l'entre-deux, et eux, les époumonés, les invétérés obstinés, Soen, dont Noam attrape la main si connue, étrangement, ce qui déteint en bas de sa joue. Qu'est-ce-qu'il y a ? Tu t'rends compte, So ? Encore.

_________________
    our little scars
    descends, descends s'il te plait △ si les héros ont des capes c'est pas pour frimer, c'est pour se rassurer, se dire qu'avec un peu de chance, ils arriveront à voler. mais lui c'était pas un héros, c'était un garçon, un gentil garçon. et elle l'aimait. même sans sa cape, elle l'aimait, avec ses marques, elle l'aime et même sans voix, elle l'aimerait.
Revenir en haut Aller en bas


MessageSujet: Re: medicine (so)   Dim 8 Mar - 20:13

t'aimes ses lèvres. t'aimes ce qu'elles te font ressentir. les frissons qu'elles provoquent. la chaleur qu'elles font monter. son visage entre tes mains, un visage d'ange. celui que t'aimerais voir en te réveillant tous les matins. rien. rien du tout. rien, tu me rends heureux c'est tout. tu me rends bien.
t'as pas besoin de te cacher. pas avec elle. elle sait ce que t'as vécu No. elle sait. elle sait d'où vienne tes cicatrices, tes bleus à l'âme. elle sait pourquoi t'as besoin de partir loin parfois. de t'écarter du monde.
tu l'embrasses sur le front, pas sur les lèvres. un baiser ça suffit. deux, tu sais pas si tu peux. c'est Noam, c'est pas n'importe qui. n'importe quelle fille. et pour la première fois de ta vie, t'as pas envie d'aller vite. t'as pas envie d'accélérer. t'as juste envie de te repasser ce moment, encore et encore. faire un replay. prendre ton temps pour passer à la suite. si un jour il y a une suite. pour le moment, t'avances doucement, la prend dans tes bras. les yeux dans la vague, tu finis par t'endormir, les mains dans son dos. finalement, t'as finis par l'avoir, le bonheur au bout des doigts.

Spoiler:
 

_________________

You are not a diamond,
You are not a shining star
Doesn't mean that you're not perfect
Exactly as you are

Revenir en haut Aller en bas


MessageSujet: Re: medicine (so)   Dim 8 Mar - 23:38

L'orage passera pas,
L'orage passera plus,
Elle s'est endormie,
Enlacée,
Aimée,
Du moins,
Sentie aimée,
Et ça faisait du bien
Beaucoup de bien
Assez pour penser
A ce stupide mot
Ce simple mot
Qui rend pire,
Au quintuple,
Les envies de rire
De se planquer,
De plus sortir,
Irationnelle la sensation,
D'être voulu,
D'être heureux,
Simplement,
Dans ses bras,
Juste une fois,
En espérant deux.
Ou cette fois,
En boucle
Sur une cassette,
Qu'on emballerait,
Dans du papier,
Pour se l'offrir
Un jour heureux,
Une nuit de pluie,
Alors non,
L'orage passera pas.



You could still be,
what you want to,
What you said you were,
when I met you.

You've got a warm heart,
you've got a beautiful brain.
But it's disintegrating,
from all the medicine.



Spoiler:
 

_________________
    our little scars
    descends, descends s'il te plait △ si les héros ont des capes c'est pas pour frimer, c'est pour se rassurer, se dire qu'avec un peu de chance, ils arriveront à voler. mais lui c'était pas un héros, c'était un garçon, un gentil garçon. et elle l'aimait. même sans sa cape, elle l'aimait, avec ses marques, elle l'aime et même sans voix, elle l'aimerait.
Revenir en haut Aller en bas



Contenu sponsorisé


MessageSujet: Re: medicine (so)   

Revenir en haut Aller en bas
 

medicine (so)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» La radiographie
» Alternative Medicine

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: 
wellington
 :: Résidence whanau :: bâtiment karerarera
-